viernes, 19 de agosto de 2011

Ce n'est pas comme cela qu'on va de l'avant. Jeunes d'ici et d'ailleurs



Il paraît qu'à présent les jeunes, et tout particulièrement les enfants des familles espagnoles, ne quittent pas la maison avant 25, 30 ans ou plus. Ils restent bien pépères à la maison, sous prétexte que la vie, les logements, les télés, les électroménagers sont très chers… tout est très cher. Bon, parce que pour devenir indépendants, se marier etc. il faut tout avoir, bien entendu.
Tout cela n'est pas possible, la vie est ainsi faite, il faut apprendre à lutter et à construire chacun son propre monde et environnement dans lequel, pour certains, et certains seulement, il n’y aura que les électroménagers, c'est vrai. Rien pour le spirituel. Est-ce mieux de ne pas prendre d’engagements ? La vie à la maison avec papa et maman, bien plus tranquille, est infiniment plus confortable, mais est-ce ainsi que l'on va de l'avant dans un pays ? Bien entendu, non. Il faut suer à grosses gouttes. Le temps passe pour tout le monde et un jour ils vieilliront.
Comme ils n'ont guère envie de s’engager, tout leur semble petit et insuffisant, parce que, enfants mal élevés, ils se croient tout permis. Ils ne veulent pas de responsabilités non plus. Tout est bien comme cela, c'est super. Ils ne voudront pas non plus s’engager dans le monde du travail parce qu’ils pensent être mal rémunérés. Eux sont le nombril du monde ! Les jeunes d'aujourd'hui se croient toujours mal payés, ils ont étudié au moins quatre ans à l'université et ont obtenu un Master, rendez-vous compte ! Ils savent l'anglais, figurez-vous, ils le parlent et l'écrivent parfaitement ; les parents, qui se saignent pour les envoyer en Angleterre ou aux USA tous les étés, y sont bien pour quelque chose. Bon !
Cela leur donne droit à se croire au-dessus des autres, ce sont les rois ! Cela leur donne droit à recevoir dès la fin de leurs études et selon leurs calculs une solde d'au moins 2500 euros. Normal, non ? "Après toutes les études que j’ai faites et vu mon savoir !"
Les patrons, en économie, en droit, en affaires sociales et jusqu'à la direction des affaires sont pour eux des profiteurs qui tirent sur le filon ne tenant aucun compte de leur expérience. A entendre ces petits Espagnols, ils écrivent l'espagnol aussi bien que l'anglais. Cela vaut pour les juges, les médecins et tous ces gens considérés comme intellectuels qui se moquent des littéraires, mais en réalité, ils ne savent même pas écrire.
La jeune génération, je veux parler de cette génération de peloteurs qui nous vient avec son intelligence supérieure, ne se rend pas compte, sauf exception, qu'ils n'ont aucune idée de ce qu'est la pratique. Il faut toujours un exploité de service pour réparer les pots cassés de ces savants, ‘Prix Nobels’ mal payés. Ils ne se rendent pas compte que les autres aussi ont fait des études et qu'ils ont du flair et de l'expérience. Eh là, mon ami, tu n'étudies pas pour passer ton temps à l'Université et être payé tout de suite comme un grand professionnel, ce sont des bobards tout ça et tu n'es qu'un imbécile si tu le crois. Crois-moi, ton fameux niveau d'études n'est pas bien élevé, c'est une prof qui te le dit, et je n'ai pas peur de le dire.
Tu as une chance, ça c'est vrai, d'être payé comme les autres – comme les vieux – sans avoir la moindre idée du travail à faire, tout frais émoulu de l'université, ce sont les concours d'état, mais tu verras la difficulté des examens et ça calmera tes élans de pouvoir économique et social. Allez, lance-toi et présente-toi aux concours, c'est super facile ! Et on verra après si tu crois vraiment que les nouveaux diplômés et qui ont quelques années de plus que toi, ont eu leur diplôme comme ça dans un baril de lessive ou sur un coup de peau.                                                        
Revenons au sens des responsabilités. Avoir des enfants n'est pas facile, et il y a tout ce qui s'en suit, devoir faire les courses, cuisiner, faire le ménage. Le métier de professeur d’université n’est pas non plus facile, corriger les examens, préparer les cours, les conférences, les congrès… Je préfère ne pas en parler. Ecrire sur commande dans une revue pour quatre fois rien, n'en parlons pas… mais, bien entendu, avoir sa voiture, ça en jette, avoir sa maison, encore mieux ! Avoir ses affaires, ses cd, sa bibliothèque, (on ne m’en a pas fait cadeau ! qu’est-ce que tu crois !) les gadgets électroniques à la mode, tout ce monde fascinant mais qui n’apporte rien, est très enviable pour les jeunes mais cela ne suffit pas… Je te rappelle qu'être docteur en ce que tu voudras… c'est 12 ans d'étude, jeune homme !
Voilà, il va donc falloir faire des efforts, sortir des jupes de maman comme tous les Européens et se débrouiller dans la vie ! Affronter cette vie !
Crânement, oui monsieur ! Se remuer un peu pour son pays, prendre des responsabilités et ne pas dire : ce travail ne me plaît pas parce que je ne suis pas assez bien payé, je vais en chercher un autre, et puis total, rien…
Mon ami, le temps passe pour tout le monde et je t'imagine petit vieux, parce que ça arrivera bien, personne n'y échappe et si ça n'arrive pas c'est que la mort sera passée par là. Morale de tout cela : moins de grimaces et au boulot.





Publicar un comentario

Lee y piensa: samaritano o fariseo ¿qué eres?

samaritanos, fariseos...

Los libros sagrados siempre me han interesado en grado extremo y es por ello que mis reflexiones sobre la vida alcanzan también a una de la...