Personas que visitan este blog

Conchita ou Chachamari


Ici en France, on voit tout de suite la différence entre ceux qui sont pro-espagnols et ceux qui ne le sont pas. Dans certaines villes, je peux dire Nantes ou Paris, il existe une petite bourgeoisie, plus que française, devrait-on dire, qui considère les Espagnols comme des gens bien inférieurs à eux. Pourquoi ? Je n'en sais rien. En Espagne aussi on se moque de ces Français ‘qui pètent plus haut qu'ils n'ont le derrière’. C'est une coutume qui dure depuis bien longtemps. Les Espagnoles très longtemps après la guerre et en tant qu'immigrantes ont dû occuper des postes humiliants, ceux que les Françaises leur donnaient, je veux dire, les postes de bonnes, de boniches… de "Chachamari". Parce que les Français sont pour la révolution et ses éternelles valeurs d'égalité, de fraternité et de liberté, mais juste quand ça les intéresse. Et là, ça les intéressait beaucoup d'exploiter nos compatriotes qui, pour survivre devaient accepter ces tristes conditions. Occupées à ces postes d'assistantes, de lavandières, de cuisinières et de bonnes d'enfants, ces femmes, qui avaient dû fuir leur pays à la recherche d'une vie nouvelle, sont arrivées dans un pays où on les traitait à coups de trique. Je sais qu'en ce moment, on est en train de tourner un film à Paris, sous la direction d'un réalisateur français qui fait le portrait de la dure existence de ces femmes qui devaient vivre dans des mansardes et travailler, travailler, travailler sans relâche. Le film ne fera qu'un certain portrait car je doute qu'un Français puisse représenter la vraie réalité. Les actrices disent que le réalisateur est très pro-espagnol. Ça se voit énormément et on lui en est reconnaissant dans ce pays qui se regarde le nombril. Mais ce préjugé a encore la vie dure et il perdure aujourd'hui dans bien des consciences. On donne le cas d'une Espagnole qui veut embaucher quelqu'un pour le ménage, personne ne veut venir parce que ce sont des Espagnols, tout simplement. La vérité historique en vient à être un mensonge historique, mais c'est comme ça. Nous les Espagnols, nous sommes considérés comme de nouveaux riches, et aucune Française ne veut venir faire le ménage chez une Espagnole plus aisée. Ce serait intolérable. C'est vrai que la France n'est pas un pays de "services". Il existe en Espagne toute une série de petits métiers comme laveurs de voitures, pompistes ou agents de nettoyage qui n'existent pas en France ou alors ça se paie très cher. J'ai l'exemple d'une compatriote, tout à fait qualifiée, qui s'est vue demander dans son travail professionnel devant tout le monde : "s'il vous plaît, pouvons-nous avoir à faire à un professionnel", laissant entendre qu'elle ne l'était pas. Ce sont ces femmes de la bourgeoisie française qui ont du mal à reconnaître que certaines Espagnoles, dans bien des domaines pourraient leur en remontrer, mais elles nient la réalité. Moi, je me demande à quoi sert tant de liberté si ensuite, elles bossent comme des malades pour que ces messieurs, les maris, vivent sans vergogne sur leur compte. Elles peuvent se dire libres, intelligentes et évoluées, elles perdent toute leur identité lors de leur mariage car elles prennent le nom de leur mari et perdent ainsi leur personnalité et leur identité. C'est incroyable ! C'est vrai que ce sont les plus libérées d’Europe mais qu'elles me disent en quoi consiste leur libération, je les vois tellement bêtement amoureuses… que je ne vois pas dans le concret de la vie ce qui change, elles sont toujours en état d'esclavage.

Ils ont du mal aussi à accepter, en France, qu'un Espagnol ou une Espagnole vienne enseigner sa langue ici, et quoiqu'on dise, il leur est très difficile, pour ne pas dire impossible, de réussir les concours en français et obtenir un poste comme titulaire. Il y a toujours cette opposition dans l'air. Il y a en plus cette concurrence entres les Espagnols et les collègues latino-américains. C'est comme ça, en Espagne, de nos jours, les femmes ont bien évolué, au point qu'elles n'ont rien à envier aux autres européennes, mais pour les Français il y a toujours cette fichue dictature qui nous a bloquées, et si en plus elles se déclarent catholiques ! Mon Dieu ! C’est encore pire. Bref, tous les préjugés. Voilà ce qui traîne encore chez beaucoup et je ne parle pas des régions plus rurales où on ne sait pas encore que Franco est mort et que mon pays a évolué et a évolué beaucoup...plus que ici pour certains choses. Tout bien considéré, il a évolué plus qu'ailleurs dans le domaine de la santé, par exemple.

Je parle de ma patrie comme une mère parle de ses enfants, je la critique mais je n’aime pas que d’autres le fassent. Je la défendrai à mort.
2 comentarios

Entradas populares