martes, 8 de noviembre de 2011

Où mettre toutes ces crèmes ?

Que se passe-t-il lorsqu'une femme entre dans un magasin pour acheter une crème ? La première chose qu'il faut avoir à l'esprit c'est l'endroit précis où appliquer cette crème. Disons plutôt, quelle zone du corps veut-on améliorer avec cette dite lotion ?
Aujourd'hui l'industrie pharmaceutique offre à la malheureuse tribu féminine – dans laquelle je me situe, aussi aliénée que les autres – une grande gamme de produits tous aussi absurdes mais présentés avec art et visant la vraie question : l'estime de soi. Si le moral est en berne, c'est le moment idéal pour le produit. C'est-à-dire qu'on va essayer de convaincre la femme qu'avec cette crème, demain, tout ira mieux, c'est extraordinaire et, lorsqu'on a le moral à zéro, on l'achète croyant qu'effectivement tout ira mieux. L'industrie, je dis bien l'industrie, a beaucoup progressé, mais je me demande toujours si la prétendue efficacité de ces onguents est bien réelle, parce que j'ai beau regarder ma mère ou ma tante ou bien lorsque je me souviens du parfait état de la peau de ma voisine Maria, qui se mettait de la crème Nivea, j'en viens à me demander franchement si ce n'est pas se moquer du monde. Les femmes d'aujourd'hui sont vraiment d'incorrigibles mécontentes. Et alors ? Eh bien, ils profitent évidemment de leur bonne foi et les bernent en leur promettant l'impossible, ce qui n'existera jamais, ce qui n'arrivera jamais, ils finissent par les convaincre du contraire. Les crèmes sont capables de changer leur vie, bref, une belle escroquerie.

                                                               

Nous avons donc devant nous des crèmes spéciales, très spéciales qui vont tout arranger, tout changer. Elles illuminent, changent l'image, assurent une bonne sécurité… elles parlent presque d'elles-mêmes. Commençons par le haut. Il y a les crèmes idéales pour la mort des rides du front, puis celles qui éliminent d'un coup de pinceau les rides des paupières, celles du contour des yeux, (entre nous, ça donne l'impression qu'on vient de descendre de moto), la glabelle, les rides expressives, autrement dit, il vaut mieux ne rien exprimer pour ne pas avoir de rides ! Viennent ensuite les rides du contour des lèvres, pas vraiment disposées à avaler un bout de chorizo, on dirait qu'elles ne servent qu'à rire ou à fumer ! Viennent ensuite les rides du cou, on ne tousse pas ! Ensuite c'est le tour d'une autre crème pour le décolleté – le décolleté serait donc différent du cou ? Enfin bref. Ensuite ce sont les crèmes qui doivent s'appliquer sur les seins quelles que soient leurs formes, en forme de poires, de figues ou bien comme on dit, des seins de Lola ou de Manolas… bref, il y a un tas de noms… Ensuite c'est le tour du ventre ou de l'abdomen et là, c'est le pompon, pas de salut possible, les recommandations du médecin n'y feront rien, les poignées d'amour sont là tout autour… Il y a une autre crème pour la cellulite qui n'est pas tout à fait la même chose que les marbrures, et une autre pour les genoux et une autre bien spéciale pour les varices. On termine enfin par celle qui ne s'applique qu'aux pieds, cette zone si sensible qui porte toute la fatigue du corps. N'oublions pas les crèmes désodorisantes pour toutes ces parties du corps humain qui nous rendent sauvages. Moi j'imaginais toujours la beauté des pieds, leur sensualité, leur côté symbolique que l'on retrouve en littérature. Les poètes du Moyen-âge par exemple y font souvent allusion, mais maintenant ça me fait horreur.
                                                    
Il nous faut aussi hydrater le corps, nous avons donc besoin d'une crème hydratante, d'un savon spécial, d'un déodorant approprié, d'une épilation. Le duvet n'était-il pas synonyme de jeunesse ? Il faut croire que non. Maintenant aucun poil ne doit paraître, or précisément en vieillissant, on a des poils partout. C'est idiot parce qu'on brûle toujours ce qu'on a adoré et vice versa. On a donc recours à l'épilation et on arrive à un moment – lorsqu'on est vieille – où l'on n'a même plus de duvet. Enfin, il nous faut un shampoing, il y a au moins vingt marques différentes. Ce n'est pas tout car le problème se pose ensuite du masque après-shampoing, et là encore, au moins vingt marques pour ne pas dire vingt-cinq. Ne parlons pas des cheveux, faut-il les teindre ou pas parce qu'alors là, fini le crémeux on aborde le visqueux… Bref. Le problème est qu'en achetant toutes ces crèmes, si on commence à les appliquer toutes on y passe trois bonnes heures. Il faut en mettre un peu sur le bout du doigt et à chaque endroit du corps… Tout ça pourquoi ? Sans doute pour rien, pour faire des dépenses, user de patience, consommer, car voilà l'affaire, voilà ce que la société veut nous imposer, du consumérisme, il faut rester jeune qu'on le veuille ou non. Personne n'accepte le temps qui passe. Tout le monde veut conserver l'âge de ses vingt ans. Horreur ! Il n'y a rien de pire que de ne pas accepter son âge, c'est pathétique. Je trouve horrible de vouloir imposer à toute une population, disons une population féminine et surtout jeune, une beauté extérieure, une beauté imposée et discutable d'ailleurs, évidemment, une beauté toute d'apparences, comme tout le reste. C'est de la manipulation, de l'extériorité, de la superficialité voilà notre société, elle ne s'arrête qu'à l'extérieur et la suite est logique, bien entendu. Allez, à plus.


Publicar un comentario

Lee y piensa: samaritano o fariseo ¿qué eres?

samaritanos, fariseos...

Los libros sagrados siempre me han interesado en grado extremo y es por ello que mis reflexiones sobre la vida alcanzan también a una de la...