sábado, 31 de marzo de 2012

Intimismo religioso


Por mas que se empeñe el ser humano continúa a no querer aceptar a otro que sea diferente. Esto es una de las batallas que tiene perdidas para siempre y que yo no acepto en absoluto. ¿Por qué no aceptamos que el que está al lado haga las cosas diferentes de como las hacemos nosotors, por qué querer imponer al otro lo que es bueno para nosotros pero puede que no lo sea para aquel? La mayoría de las religiones profesan en su doctrina la verdad, es decir, la única verdad y no contemplan en general la idea de que otro tenga más verdad que ellos, claro, sino se irían con este. La cuestión es que se convierte el asunto en una carrera de ver quien tiene más verdad, de ver a quién se puede convencer, de coleccionar adeptos como si las cuestiones de fe y de seguimiento de una creencia fuese una cuestión de pertenencia a un club. El caso es que para muchas personas es así, es como pertenecer a un club y lo de menos es si hay verdad o no en la misma religión que practican, en realidad no se lo plantean. Solo se preocupan en cumplir mucho y muy bien los domingos que es el día señalado como descanso y como honra a Dios, el día de sabat, donde se hacen cosas diferentes del resto de la semana. Sí, pero sin fanatismos ni supercherías, claro, porque sino, tampoco vale. Cumplir solo los domingos para que los demás vean que somos muy buenos y pasar el resto de la semana de aquella manera, no sirve. No paro de ver esto, y claro todo el mundo tiene su justificación: es que no somos perfectos, al menos lo intentamos...patatín, patatán. Yo querría ser la misma siempre y hacer buenas obras todos los días y equivocarme también los domingos.  No soporto más estos que van de buenísimos y que todo lo hacen magníficamente bien, generalmente su técnica es la de buscar los fallos en los demás para que no se vean los suyos propios, he visto muchos de esta raza y los reconozco a la legua. Son un horror y prefiero tenerlos de lejos por si acaso.
Mira que se habla en las Escrituras de la hipocresía y de no ser practicante de la religión de puertas para afuera, pues nada, seguimos exactamente igual, la mayoría de las personas cumplen los ritos porque sí, porque están establecidos socialmente no porque crean en ellos, ni mucho menos. En esto la Iglesia Católica ha cometido el gran error de no seleccionar a sus feligreses o a sus miembros, de no pedirles verdad, fidelidad a sus convenios, raciocinio y por unas razones o por otras por ejemplo, permiten que muchos niños hagan la comunión cuando sus padres no aparecen por misa en la vida a sabiendas que en su casa no practican nada, ¿por qué dar la comunión entonces? del bautismo? para qué hablar de los matrimonios eclesiásticos donde nadie se lo cree ni siquiera están dispuestos a cumplir nada de lo que allí prometen. Los sacerdotes si fuesen mas duros con sus sacramentos -creo yo- que se les daría el valor que tiene y no el de acontecimiento social que es el que de verdad ha conseguido tener. Triste caso. En otras confesiones, los miembros van a los rituales -veo yo- sin testimonio, solo porque le obligan sus padres, o porque van sus amigos o porque se encuentran con amigos y familia allí mismo...triste también. Parecen cuidar solo el aspecto exterior como la casa de los cerditos, solo se cuida la apariencia de la casita y cuando un día viene el lobo, resulta que se carga la casita y nadie puede quedarse a salvo y sobrevivir pues habían construido su casita de paja, osea, de nada. Estos días son de reflexión especialmente para el mundo de la cristiandad porque se celebra o se conmemora la muerte de Jesucristo, la Expiación, su obra, lo que sufrió, su plan de Salvación para la humanidad...en suma el camino para volver al Padre y la cosa es bastante seria. Yo, no creo en manifestaciones externas, en reuniones multitudinarias donde uno se siente masa y por fuerza tiene que sentirse parte de un mogollón de gente que en realidad nada tiene que ver contigo. El Padre conoce a cada uno de sus hijos y por eso cada uno debe dirigirse a él como quiera, porque para eso podemos tener una relación con él que es justamente por la oración, creo en el intimismo, en el silencio, en la búsqueda de Dios a través de la persona, en el conocimiento de la fe, en el estudio y en la reflexión pero cada día creo menos en la unión borreguil del todos a una porque sí, sin que nadie tenga que ver con nadie, unidos en el paroxismo sentimental de las imágenes, o de los chillidos descomunales de las procesiones...Para mi ese no es el camino de preparación para la otra vida que debe ser el recuerdo de esta semana santa que nos dejó el sufrimiento del hijo de Dios.  

miércoles, 28 de marzo de 2012

Jaloux


La jalousie a été et est encore un des pires maux de notre humanité. L'homme a du mal à reconnaitre dans l'autre quelqu'un qui est meilleur que lui ou tout simplement qui a travaillé davantage et qui en obtient des fruits mérités. C'est ainsi.
Quand nous trouvons quelqu'un plein de talents, que se passe-t-il, eh bien, immédiatement on cherche les défauts, le point faible, on se demande ce qu'il a pu faire pour avoir ces talents-là, on cherche les points noirs : "C'est vrai, mais il faut voir la vie qu'il mène !" ou bien "bien sûr, mais il a eu bien du mal"… nous disons cela pour dévaloriser la personne et, bien souvent, sans nous en rendre compte. C'est bien dommage, mais l'être humain réagit la plupart du temps comme ça. Au contraire, il faudrait féliciter cette personne et reconnaître qu'elle a été capable – plus que nous – mais cela nous met dans une situation d'infériorité, nous rend complexés et marque nos insuffisances. Il faut dire qu'il y a des gens qui ont beaucoup de talents et qui travaillent beaucoup pour les faire fructifier, unissant don et travail, ce qui apporte généralement beaucoup de réussite. Qu'arrive-t-il alors ? Et bien, aussitôt, surgissent de je ne sais d'où, une armée de contradicteurs et de jaloux, qui sont devenus fous à cause des succès que remportent la personne talentueuse. Ils essaient alors de minimiser, d'assombrir, de tuer, en définitive, cette réussite. J'ai vu récemment un cas de ce genre, tristesse de notre humanité, et j'ai assisté à cet avilissement. On devient ennemis sans même s'en rendre compte. On croyait que ces gens-là étaient des amis. Donnons un exemple. Je ne supporte pas la manière dont les professionnels, qui se consacrent à la musique, la littérature, l'art, la peinture, dénigrent leurs propres collègues. C'est paradoxal car, en général, ce sont ces gens-là précisément qui se chargent de détruire tout ce qu'il y a d'humain. Ce sont sans doute des gens frustrés, on retrouve cela dans une foule de cas dès qu'on parle d'enseignement, pour ne prendre qu'un exemple. Ils veulent à tout prix réduire à rien tous leurs élèves, par jalousie, intrigues, obscurantisme. Je crois qu'un critique d'art ou autre chose a le droit de penser ce qu'il veut, il est payé pour cela, mais je ne suis absolument pas d'accord, s'il y ajoute la colère accumulée, comme chez beaucoup de professeurs de Conservatoire, écoles d'art ou autre, s'il harcèle ceux qui les dépassent, même si ce sont des apprentis. Pour être élève aujourd'hui, il faut avoir l'œil parce qu'on pourrait bien copier ce que tu écris. Les directeurs de thèse qui pillent les documents de leurs doctorants est un grand classique. Un étudiant ne doit pas dire qu'il participe à des concerts ou qu'on lui a proposé d'aller dans une salle d'exposition. Ils sont rares ceux qui reconnaîtront qu'ils vont au-delà de leur talent et surtout qu'ils ont envie de travailler, lorsque les autres ont, en général, abandonné ou laissé tomber parce que cela ne leur rapportait pas ce qu'ils voulaient. On a tout de suite envie de minimiser les talents des autres. Comment cela ? En ne leur donnant pas de place, en les empêchant de poursuivre, en cachant tout ce que qu'ils font, en critiquant avec férocité, en inventant des histoires sur eux ou encore, ce qui est pire, en intervenant dans leur vie privée pour mieux les démolir. Le problème est qu'il existe, en plus, des moyens de communication qui ne vivent que de cette critique répugnante et des gens se vautrent dans cette ambiance de critique affreuse qui fait tant de mal à notre société, sans en tirer vraiment bénéfice. Dans l'enseignement, dans les médias, dans la rue… il y a une ambiance négative et compétitive infâme, insupportable et je crois que personne n'en tire profit. L'être humain, droit dans ses bottes, n'a nullement besoin de cela. Le soleil brille pour tout le monde et chacun a droit à sa place. Cela faisait longtemps que je n'avais pas parlé de ces jaloux parce que je n'en rencontrais plus. Ces jours-ci, je les ai retrouvés et c'est bien dommage. trad. Daniel Gautier.


viernes, 23 de marzo de 2012

Rabiosos


La envidia, ha sido y sigue siendo uno de los males que más y peor azota a la humanidad. El hombre tiene problemas para poder reconocer en el otro a alguien que es mejor o que simplemente se ha esforzado más y como recompensa a ese esfuerzo sus resultados son mejores que los nuestros. Así es.
Cuando encontramos a alguien que tiene talento ¿qué sucede? pues que la inmediata es intentar ver cuáles son sus defectos, de qué pie cojea o qué ha hecho para adquirir dicho talento, buscamos lo negativo,"sí pero no sabes qué vida lleva" o "claro es que ha pasado por carros y carretas"...decimos cosas para desacreditar a esa persona, muchas veces sin darnos cuenta.  Es triste pero el ser humano responde la mayoría de las veces de esa manera, lo contrario sería alabar a esa persona o reconocer de lo que es capaz -a diferencia nuestra-  y eso nos pone en una situación de inferioridad, de complejo o de insuficiencia. El caso es que hay personas que en efecto tienen muchos talentos y que trabajan para poder desarrollarlos, uniendose de ese modo trabajo y capacidad innata con lo cual el resultado generalmente es redondo. ¿Y qué sucede? Pues que de inmediato brotan de no sé dónde ejércitos de enemigos, de envidiosos, los cuales se "hacen los locos" referente a los éxitos que dicha persona cosecha, intentan ningunear, obscurecer, obviar en definitiva. He visto un caso reciente de este problema tan triste en las relaciones del ser humano y resulta verdaderamente lamentable poder asistir al envilecimiento de personas, muchas que se tornan en enemigos implacables, probablemente sin que ellos lo puedan contemplar, y el caso es que en general se les tiene por amigos. Pongamos algún ejemplo, no puedo soportar cómo los profesionales que se dedican a algo -sea música, literatura, arte, pintura- destruyen a los mismos que se dedican a esa misma profesión. Resulta paradójico porque en general son los mismos de esa profesión los que se encargan de matar a cuanto ser humano destaque. Debe de ser porque ellos están frustrados, hemos oido esto en multitud de ocasiones cuando nos referimos a aquellos que dedicados a la enseñanza -por poner un ejemplo- se dedican a hacer polvo a todos sus alumnos con celos, intrigas, obscurantismos. Creo que un crítico de arte o de lo que sea, tiene el derecho de opinar en los medios porque para eso le pagan en general, pero con lo que no estoy en absoluto conforme es con la rabia acumulada de muchos que dedicados al profesorado en Conservatorios, escuelas de arte y demás, se dedican a cercenar a aquellos que son mejores que ellos mismos aunque sean sus alumnos. Ser alumno hoy en día es estar ojo avizor para que no te copien lo que escribes, es tradicional que los directores de tesis fusilen materiales de su doctorandos, un alumno ha de vivir ocultando que tiene conciertos, o que te han propuesto para una sala de exposiciones. Son pocos los que reconocerán en los que llegan un poc más lejos ese talento y sobre todo esas ganas de trabajar, que generalmente los demás han perdido o han dejado de lado al ver que no les daba todo lo que ellos mismos querían. La inmediata es querer hacer pasar desapercibido lo que los demás de talento están haciendo y que ellos no hacen. ¿Cuál es la manera? no darte tu sitio, impedir que continúes, ocultar todo lo que haces, criticarte ferozmente, inventar bulos a cerca de tu persona y lo que es peor acudir a tu vida privada para con ello desprestigiarte sumamente. El problema es que además existen medios de comunicación que viven de la crítica más repugnante y que hay además muchas personas que se entretienen con ese clima de crítica bestial que tanto mal hace en nuestra sociedad auque en beneficios sea pingüe. En la enseñanza, en los medios, en la calle...hay una atmósfera de negatividad y de competitivdad infame que se hace insorportable y que creo que no es buena para nadie. El ser humano cuando está conforme consigo mismo y contento con su vida no tiene ninguna necesidad de nada de esto porque está claro que el sol sale para todos y cada uno en la vida tiene y debe tener su lugar. Hacía tiempo que no hablaba de los rabiosos porque hacía tiempo que no me los encontraba. Estos días los he vuelto a ver y me desagradan enormemente.

martes, 13 de marzo de 2012

Burka


La question de la burka est toujours un sujet de discussion, un sujet absurde si on y pense bien car, au fond, ça n'est pas d'une importance transcendantale, non ? Les politiciens, les penseurs et les démagogues y consacrent beaucoup de temps aujourd'hui comme si c'était un sujet d'importance. La question de porter ou non un foulard sur la tête n'est pas un sujet préoccupant, sauf si on regarde tout, comme d'habitude, par le petit bout de la lorgnette. Il y aurait bien d'autres sujets à débattre.
De toute façon, cela ne regarde que les femmes, si ça leur chante de la porter, qu’elles la portent. Est-ce la communauté musulmane qui les oblige ou est-ce un problème de religion ? J'ai étudié un peu le Coran à la Faculté et je ne me souviens pas avoir rencontré de problème à ce sujet. On ne dit rien non plus dans les Ecritures sur le mariage des prêtres ou sur la tenue vestimentaire des évêques. Les chefs religieux de chaque religion doivent bien actualiser leurs rites de temps en temps pour coller à la réalité et réécrire leurs règles, espérons-le.
Je ne suis pas enchantée de voir les musulmanes se couvrir la tête, d'autant que la majorité d'entre elles sont très jolies, elles ont de beaux cheveux et en prennent grand soin mais elles ne les montrent pas. Pourquoi ? C'est leur affaire. S'abstenir du port du foulard n'est pas non plus signe d’intégration à la société où elles vivent. Ce n'est peut-être qu'une manière d'éviter tout conflit ou de se soumettre à la loi. La chevelure est objet de désir et elles se gardent du regard des autres, elles évitent la provocation. Elles peuvent aussi porter le traditionnel hidjab de manière intelligente et avec beaucoup d'élégance.
Pour certains voir une femme voilée est un signe d'appartenance à une religion, une justification de ce qu'elle est, de ce qu'elle sent, de sa forme de vie. Le problème n'est cependant pas dans le hidjab mais bien dans l'usage de la burka ou du Niqab, voile qui couvre la totalité de la personne ne laissant voir que les yeux. Ne pas voir la personne entraîne une certaine inquiétude et on est mal à l'aise quand on ne sait pas qui est derrière ce voile, qui se cache sous ce voile et pourquoi. Au fond, c'est assez logique, la peur s'est emparée de la société et le doute s'est installé aussi. C'est donc une réponse sociale. Quant au droit de la femme dont parlent les hommes politiques, pourquoi ne pas laisser cela aux femmes ? Les hommes n'ont rien à y voir, la femme est libre de se conduire à sa guise. Désire-t-elle rester voilée entièrement ? Si c'est son choix et non une imposition ou une concession, pourquoi pas ?
Quelqu'un veut se couvrir la tête complètement et porter des lunettes. Cela n'est en aucun cas un symbole religieux, il ne s'agit que d'un désir de passer inaperçu. Shahbaz Akhtar, commerçant pakistanais et porte-parole de la communauté chiite dit : "Chacun est libre de s'habiller comme il veut. Si une Espagnole se promène en bikini dans la rue, on ne lui dit rien. Si une femme veut porter la burka, qu'elle le fasse, que cela plaise ou non. Cela fait vingt ans que je suis à Barcelone, je n'en ai jamais vue… !" Bon, se promener dans la rue en bikini est assez rare et celle qui le ferait ne devrait pas s'étonner des conséquences. Mais là aussi, cela veut dire quelque chose. Chaque fois que j'ai vu des femmes en bikini, il s'agissait de prostituées. Personne n'ira penser que ce sont des représentantes d'une religion quelconque ! L'aspect physique est parlant. Ce qui frappe c'est ce que l'on voit. Dans les institutions, au travail, dans la vie quotidienne, devrait-on éliminer tout signe distinctif ? Les sœurs, plus discrètes de nos jours, ne sont jamais inquiétées à cause de leur costume, on ne leur demande jamais si c'est la communauté ou la société qui les oblige. Elles veulent se distinguer du monde, c'est tout. Elles affichent ainsi leur croyance.
Le problème à exhiber ainsi ses croyances comme un symbole, comme un drapeau fait qu’on devient plus vulnérable, selon l'idéologie représentée. J'imaginerais mal une fonctionnaire, habillée en sœur, tailler une bavette avec un autre concitoyen. C'est une affaire de relations sociales, d'environnement. On serait plus libre de penser et d'agir s'il n'y avait pas ces distinctions physiques de l'habillement. J'imagine mal de la même façon, une femme revêtue d'une burka en train de faire un cours à l'université sur l'évolution de la femme au XXIème siècle. Je l'imagine mal parce que je fais automatiquement un lien entre des croyances qui peuvent difficilement passer pour des symboles de révolution féministe et le discours dispensé. Tout est connoté et il est difficile d'être impartial. La société est complexe et parfois assez hypocrite.






jueves, 8 de marzo de 2012

Marie au tout début


La figure de Marie, la mère de Jésus-Christ, a été vénérée en Espagne et en général dans les pays catholiques pour toute une série de raisons qui remontent aux débuts du christianisme et à la tradition, la transmission et l'interprétation des Ecritures, tout en comprenant bien que probablement certains documents ont existé mais ne nous sont pas parvenus ou ont été "occultés" bizarrement, sans toutefois expliquer certains courants et tendances du christianisme d'aujourd'hui.
En Espagne, on prie la Vierge, on lui attribue des confréries, des associations, on la chante, on lui crie "ma belle", on en fait un mythe vivant qui pour beaucoup, vu de l'extérieur, est assez incompréhensible. Même si les femmes dans l'antiquité, et d'après ce qu'on comprend dans les Ecritures, ont tenu un réel pouvoir de prophète et même de commandement assez significatif, on ne leur a jamais prêté beaucoup d'attention, mise à part leur vertu. Pour la tradition, les femmes dans la religion sont vertueuses ou ne le sont pas, mais c'est tout, elles ne sont pas honorées pour autre chose. La spiritualité et la vertu de la femme va de paire avec son célibat, l'abstention totale des plaisirs de la chair et sa capacité sans réserve aux qualités divines et sacrées d'avoir des enfants. Etre vierge ou ne pas l'être est en lien direct avec cette idée de la maternité. Cependant, s'il y a plusieurs types de vierges, la grande majorité – selon les traditions hispaniques – ont fait quelques miracles et pour cela sont devenues des saintes. Les miracles réalisés n'ont rien à voir avec leur condition de mère, elles sont mères pour l'humanité parce qu'elles accordent des miracles et donnent – apparemment – une réponse aux demandes des fidèles mais ne répondent jamais à leur condition spirituelle et divine de donner la vie, de créer la vie. Il y a sans doute des exemples dans l'Ancien Testament de l'intelligence et de l'influence féminine mais uniquement dans les décisions liées à l'Homme, de sa capacité à transformer la foi en quelque chose de pratique. Ceci a été une cause de division chez les chrétiens, sans aucun doute.
Le protévangile de Saint Jacques qui s'inscrit dans ce qu'on appelle les Evangiles apocryphes, a une fin apologétique. On sait que les Apocryphes n'ont pas été appréciés des catholiques ni des autres églises chrétiennes et ont été exclus par les Eglises chrétiennes historiques (les orthodoxes, les anglicans, les Mormons…) ce qui n'a rien d'étonnant. Cependant ils ont existé, ont été localisés et ont été objets de controverses. Un tas de gens, des saints mais aussi d'autres personnes ont essayé de défendre Marie des accusations portées, tant par les Juifs que par les païens, et ont été rapportées par Origène (il n'affirmait pas, il ne faisait que rapporter) dans sa lutte "contre Celse". Celse a sans doute écrit pour réduire le développement du christianisme. Ses écrits sont dirigés contre Jésus-Christ, c'est évident. Origène lui a répondu dans l'œuvre citée. Dans son livre, Celse se moque de Jésus-Christ, disant qu'il aurait été le fils d'une juive, mise enceinte par un soldat romain, qui aurait pratiqué la magie, apprise en Egypte et qui, à cause de cela, s'était gagnée quelques disciples parmi les plus misérables et les plus dignes de pitié. Malgré tout, pour Celse, l'argument le plus fort contre le Christ est cette mort humiliante, en croix, tout à fait indigne d'une divinité. Tout cela impliquait que la mère de Jésus ne pouvait être qu'une pauvre femme, ignorante et adultère, que son mari avait répudiée et qui aurait donné naissance à un fils illégitime d'un soldat romain. Pour réfuter ces accusations, l'auteur du protévangile amplifie la sainteté de Marie et surtout sa virginité, y compris après son accouchement. Salomé, celle dont on parle dans l'Evangile de Marc et qui est présente au moment de la crucifixion, prouve de manière empirique la virginité de Marie (chapitre 20) après son accouchement. La rédaction de cet Evangile a sans doute un lien avec les débuts du culte marial. Ce qui veut dire que ce texte en marge a créé la forme la plus radicale du culte à la Vierge, la faisant devenir, en effet, une femme choisie, d'un haut niveau spirituel et culturel, une sainte au plus haut degré, d'une dignité suprême, et provoquant la base d'une discussion qui dure encore de nos jours. Sur quoi porte la polémique ? Eh bien, était-elle vierge ou non ? Nous trouvons plusieurs fois dans l'Evangile des allusions à ceux qu'on appelle les "frères de Jésus"… Ceux-ci étaient-ils ses demi-frères (il y avait quatre garçons et deux filles, fruits d'un premier mariage de Joseph qui était devenu veuf par la suite) ou bien étaient-ce des cousins ou des familiers, selon les traductions, ou bien, Marie avait-elle donné naissance à d'autres enfants après le Messie ?
Quoiqu'il en soit, cette femme, vierge ou non, a souffert le plus grand des martyres devant l'infamie commise sur son fils, exemple de sagesse spirituelle, elle est devenue un sujet de discussion et de controverse à cause de sa virginité, oubliant sa plus haute fonction en tant que personne humaine, voilà qui est difficile à comprendre. La Réforme protestante s'est éloignée de la vénération de Marie. Le protestantisme accepte la conception miraculeuse de Jésus par l'œuvre de l'Esprit-Saint comme une vérité biblique, mais ensuite, quand on parle dans les Ecritures des "frères de Jésus", ou quand l'apôtre Paul écrit "Jacques le Mineur, le frère du Seigneur", ils l'interprètent de manière littérale et nient donc la virginité perpétuelle de Marie. D'autre part, dans Matthieu 1 au verset 25, quand Joseph se réveille du songe où on lui apprend que Marie a conçu de l'Esprit-Saint, on dit : "Quand Joseph se réveilla, il fit ce que l'ange du Seigneur lui avait demandé, il prit Marie comme épouse. Mais il ne la connut pas jusqu'à ce qu'elle mette au monde son fils premier-né, et il lui donna le nom de Jésus." Ce qui laisse sous-entendre deux idées : l'une que, connaître son épouse veut dire, être en sa compagnie, avoir des relations, et l'autre que, lorsqu'on parle du fils premier-né, cela veut dire qu'il y en a eu d'autres. Le raisonnement est logique quand on sait qu'à cette époque, ne pas avoir d'enfants était un affront et aucune femme ne désirait être stérile. Le plus grand désir des femmes étaient d'avoir un enfant et de l'offrir à Dieu. Beaucoup pensent que la plus grande erreur des Juifs n'a pas été de tuer le fils comme on pense traditionnellement mais de ne pas reconnaître la vertu et la dignité de la mère. La question de sa voir si elle a eu ou non d'autres enfants est-elle importante au moment de reconnaître Jésus comme le Sauveur ? Je pense que non. La question si controversée de la virginité de Marie n'influe pas beaucoup non plus devant l'énorme sens de sa personne dans l'histoire de l'homme. Marie a permis de connaître la Vérité et dans ce sens nous devons avoir pour elle de la considération. Que celui qui a des oreilles pour entendre, entende…

Foto: Maria de "La Pasión de Cristo" de Mel Gibson.

lunes, 5 de marzo de 2012

Cuando la mujer quiere ser mujer sin categoría de "mujer"


Cuando escuchamos o leemos hoy historias de mujeres, de sus vidas,e sas que han pasado por este último siglo, nos asombra la tragedia y la grandeza de su existencia. De forma súbita cogidas por la guerra, sufriendo enfermedad, revolución, dictadura...también espectadoras de su tiempo y actrices de un enorme trastorno de relación entre los sexos. ¿Qué es lo que más nos atrae de dichas historias? La humanidad de esas muejres, su espíritu de lucha, la posición?...La fuerza titánica que han tenido que desarrollar para sobrevivir, seguramente. Pero, y no es ocioso decirlo, ahora con la emancipación de la mujer se ha conseguido cierto cambio en algunos elementos, en algunos lugares, pero todavía sigue existiendo una desigualdad fatídica en muchos aspectos que no es el caso venir a recordar porque todo el mundo lo sabe, aunque nadie haga nada al respecto. Con tanta emancipación como tenemos parece que lo prioritario del "movimiento" es no olvidarlo. No se han dado cuenta de que las cosas no vale solo con conseguirlas, hay que darles un porqué, una razón de ser, de existir de sobrevivir y en esto las mujeres han olvidado los límites de cada situación. Ahora vemos con bastante frecuencia la dejadez o huída que hacemos ante muchas dificultades. He visto como algunas mujeres que eligen ser madres sus madres no las preparan suficientemente para el papel que quieren desempeñar, no tienen asidero para los momentos difíciles que serán muchos. Da como vergüenza confesar que en realidad lo que quieres es ser madre y punto. La mujer en la actualdiad tiene que verse incluida en un mundo laboral importante, en la competitividad sociopolítica que invade cada rincón sexista de nuestra sociedad. O estas "emancipada" o no eres anda, se diría. Pero, insisto, hoy no se permite el hecho de que una joven diga que ella lo que quiere es tener una familia, ser madre y de momento nada más que ya habrá tiempo para otra cosa. Y es que en realidad muchas chicas jóvenes de hoy son las que lo piensan y lo sienten pero pocas son las que lo confiensan. No solo la mujer debe quedarse con su papel de madre, la mujer debe crecer en conocimiento en sabiduría, ésta cuanto mayor sea, mejor, y al mismo tiempo estará preparada para cualquier cosa, sobre todo para tener la capacidad de elegir en la vida lo que se quiere hacer. Por otra parte en este momento de confusión vemos cómo y de qué manera la mujer puede llegar mucho más lejos que el hombre para realizar cualquier cosa que se proponga, solo depende de su interés,e xclusivamente. Con todo, sigue sin estar “bien visto” osea, desprestigiado el trabajo de una mujer como por ejemplo ama de su casa y directora de su familia, no está no considerado ni respetado sin darse cuenta la sociedad de que sin ese rol bien hecho, el mundo no crece, la sociedad se estanca, se separa, se amostrenca. Nos educaron en ese papel de madre, de maestras...algunas de médicos, pero nada más. Por más que quieran disfrazarlo la sociedad sigue siendo clasista en ese sentido, patriarcal en su sentido más machista que corresponde. No se reconoce el trabajo de las mujeres, salvo que éstas sean solteras, es decir, sin ninguna preocupación en su casa que les distraiga de sus quehaceres laborales e intelectuales. En ocasiones he visto cómo para ensalzar su trabajo profesional se recurre muchas veces a decir “además Fulanita se encarga de su familia”, y en parte aunque me moleste no me extraña, hoy en día es una proeza casi inalcanzable, difícil, muy difícil de lograr, pero algunas con mucho esfuerzo lo consiguen, también con la ayuda de sus maridos, todo hay que decirlo. Como sea, la vida de una mujer -hablo generalizando- cambia llegado el momento en el que tiene que independizarse y volar por si misma. Cuando llega el momento de decidir a qué dedicarse en la vida, qué profesión tener y cuando aplicarse a ella, momentos de decidir si se tiene una familia aunque la mayoría de las veces no se planea, simplemente se deja a la vida trascurrir por la persona. Sin ser todas las mujeres iguales por mucho que los hombres se empeñen en decirlo, deberíamos de apoyarnos unas a otras y respetar las decisiones o las imposiciones de la vida de cada una, no es difícil de conseguir. Nadie es mejor que otro por hacer "cosas mas importantes" según la sociedad presente ye stá enormemente desvalorizado la decisión de querer ser ama de casa, hoy día a todas luces está considerado como una atrocidad que no se respeta.


Lee y piensa: samaritano o fariseo ¿qué eres?

samaritanos, fariseos...

Los libros sagrados siempre me han interesado en grado extremo y es por ello que mis reflexiones sobre la vida alcanzan también a una de la...